top of page
Rechercher

Paroles de prof – Stéphane Gaudard, un chemin d’équilibre


Stéphane

Gaudard, un chemin d’équilibre


Fondateur et professeur de l’École Phung Hô Vo Dao, ce sixième Dang a lié sa vie aux arts

martiaux vietnamiens en sachant, avec intelligence et bienveillance, construire un pont

entre cultures asiatique et européenne.


« Il a cette formidable capacité à mettre en cohérence son quotidien avec les préceptes qu’il nous

enseigne depuis tant d’années : faire, s’appliquer à bien le faire, puis en comprendre le sens

profond. Mais ce qui est remarquable chez un professeur de son niveau, selon moi, c’est son

insatiable envie de continuer à apprendre et à progresser lui-même. » Voix calme et fluide,

Geoffroy Foureau, président du club de Tiercé, dans le Maine-et-Loire, choisit avec attention les

mots, laudateurs, envers Stéphane Gaudard, son professeur. Un nom qui compte au sein des

arts martiaux vietnamiens de l’Hexagone. Sixième Dang, fondateur de l’école Phung Hô Vo Dao

(école du Phénix et du Tigre) Stéphane Gaudard naît aux arts martiaux vietnamiens en 1983, du

côté d’Angers. « Jeune, j’avais pratiqué le jujitsu et la self-défense. Mais, avec mon petit gabarit,

si je me faisais attraper, j’avais beaucoup de mal à me dégager. Et voilà qu’au retour de mon

service militaire, une amie me fait essayer les AMV, dans un club du quartier de la Roseraie, qui

s’appelait l’école du Dragon Vert, rembobine l’intéressé. J’y rencontre Claude Vincent, qui

deviendra mon premier professeur. Un personnage petit par la taille mais grand par le charisme.

Lors de mon premier cours avec lui, j’ai été très attiré par l’aspect technique du combat, mais


aussi par la place faite à la fluidité des mouvements. Je crois que c’est une chose qui entrait

parfaitement en résonance avec ma personnalité ».




Tigre et Phénix


En fait, la flamme de la passion s’allume immédiatement. En 1989, le voilà qui ouvre avec deux

compères, Franck Lepors et Christophe Vinouze (actuellement sixième Dang), un club dans le

quartier Saint - Barthélémy d'Anjou, toujours à Angers. À l’époque représentant commercial dans le

domaine du vélo, Stéphane Gaudard trouve le temps de pratiquer près de douze heures par

semaine et d’enseigner. Une première expérience qui durera huit ans et qui sera marquée par la

rencontre inestimable de Jacques Tran Van Ba, représentant en France de l’école Lam Son Vo

Dao, durant de nombreux stages entre 1992 et 1999. Né à Saïgon, ce maître vietnamien, arrivé

en France en 1971 et désormais installé à Montpellier.

 « À ses côtés, j’ai appris une façon de me déplacer plus précise. Cela peut paraître

bizarre à dire et à se représenter, mais si je devais synthétiser en un mot ce que je retiens de son

enseignement c’est : la rondeur. Un principe devenu incontournable de mon enseignement. »


Une influence qui viendra compléter celle de Trang Lê Cao, un autre maître vietnamien, captée

lors de la décennie précédente. Une première rencontre en 1986 avec ce septième dang, auprès

de qui allait acquérir « un état d’esprit, au-delà d’une somme technique : la rigueur dans le travail,

l’obsession de toujours rester digne et de ne jamais céder face aux difficultés. » Deux sources

d’inspiration complémentaires et fondamentales du parcours de Stéphane Gaudard, auxquelles

son école rend hommage : « le phénix (Phung) est le symbole de l’école de Jacques Tran Van

Ba alors que le tigre (Hô) est celui de Trang Lê Cao ».




Le projet d’une vie


Une école qui ouvre officiellement ses portes en 2001, à Tiercé. L’œuvre d’une vie de pratique,

d’acquisition et de transmission. Élève appliqué devenu expert inspirant, Stéphane Gaudard

s’attache à faire le lien, pas toujours si évident, entre la méthode asiatique et la pédagogie

européenne. « Si je devais caricaturer – mais pas tant que cela en fait – je dirais qu’en Asie le

professeur montre, sans explications, et les élèves imitent. En Europe, les élèves veulent d’abord

et avant tout donner du sens à ce qu’ils font. S’ils estiment cela légitime ou au moins utile, alors

ils le feront, explique Ghislaine Commault, amie, élève du sixième Dang depuis une vingtaine

d’années et enseignante depuis peu des arts internes vietnamiens du côté de Rennes. Stéphane

a cette qualité remarquable de connaître les avantages et les limites de chaque pédagogie et

d’avoir su les associer harmonieusement. Prendre votre temps dans l’apprentissage dans ses

pas, grâce à des éducatifs précis et progressifs, c’est avoir la satisfaction de connaître des

progrès rapides. Son discours ? Avoir un regard global sur chacun d’entre nous tout en utilisant

des images et des métaphores qui permettent de bien comprendre les étapes par lesquelles

nous devrons passer. »


Apprendre, encore et toujours


L’école qui a fêté ses vingt ans l’année dernière compte aussi sur ses sept ceintures noires

formées par Stéphane pour porter ce message de formation sereine, certaines ayant ouvert des

antennes dans le département, comme à Mazé ou à Angers. « Ma véritable fierté », pose-t-il

avec calme. Désormais praticien de médecine chinoise et formateur en arts internes, celui qui

fêtera ses soixante ans dans quelques mois, poursuit son chemin avec équilibre : « si je veux


plus que jamais continuer à partager, je souhaite également continuer à apprendre. Car je reste, à mes yeux, un élève de ma discipline. »


Article de la Fédération Française de Karaté et disciplines associées "FFKDA"

du 13 décembre 2022


45 vues0 commentaire

Comentários


bottom of page